Chaque année, l’École supérieure des arts de la Ville de Liège – Académie royale des beaux-arts de Liège (ÉSAVL-ARBAL) propose un événement singulier pour sa Rentrée académique 2018-2019, en mettant à l’avant-scène une option parmi ses champs de recherche, souvent autour dune conférence et d’une exposition. En octobre 2017, la Scénographie était à l’honneur via une collaboration avec le Théâtre de Liège. Cette année 2018, l’ÉSAVL-ARBAL souhaite opérer un focus sur l’Option de Vidéographie.

La manifestation de la rentrée académique de l’ÉSAVL-ARBAL mettra ainsi en lumière Rob Rombout, réalisateur belgo-néerlandais de documentaires de création (ou d’auteurs) depuis plus d’une vingtaine d’années, qui a fait ses premières armes à Liège (via la télévision communautaire liégeoise Canal Emploi), et dont la notoriété a largement dépassé son pays d’adoption (la Belgique), pour une reconnaissance  internationale.

Les films documentaires de Rob Rombout participent en effet largement à l’histoire de l’âge d’or de la création vidéographique liégeoise dans les années 1980 et début 1990 (la récente exposition D’une certaine gaieté en témoigne encore), âge d’or reconnu à un niveau international, mais qui hélas, n’a pas perduré jusqu’à nos jours – ou du moins, a pris une toute autre forme.

En trente ans, Rob Rombout a réalisé une vingtaine de documentaires de création diffusés en télévision et dans les festivals du monde entier, récoltant au passage de nombreuses récompenses. Par ailleurs, certains de ses documentaires ont par ailleurs travaillé la question des relations entre cinéma, vidéographie et arts plastiques, tant d’un point de vue thématique,  que sur un aspect formel : une des raisons pour lesquelles l’ÉSAVL-ARBAL a souhaité faire (re)découvrir l’œuvre de ce réalisateur.

Lorsque nous parlons de documentaire de création (ou d’auteurs), nous insistons sur le fait que Rob Rombout pratique un documentaire s’éloignant de la majorité de documentaires qualifiés de «  classiques  » ou «  télévisuels  » : il s’agit de films-œuvres, réalisés par des artistes-auteurs selon des approches plastiques et des écritures profondément singulières.

Rob Rombout est cet auteur, arpenteur du monde, artiste-voyageur, plasticien mais aussi pédagogue. Le langage de Rob Rombout est accessible, sa richesse peut toucher des publics très divers, et notamment non-initié.

Ses thématiques ne restent pas coupées de la réalité socio-économique. Bien au contraire, une partie de ses films aborde de grands enjeux sociétaux contemporains (chômage, immigration, mondialisation, quête identitaire…).

L’ÉSAVL-ARBAL a donc décidé de créer autour de ce réalisateur et sa démarche, une manifestation comprenant plusieurs événements organisés, une première belge pour ce réalisateur. Ces événements se dérouleront entre septembre 2018 et décembre 2018. Cette manifestation permettra ainsi un bilan de trente années cinématographiques, entre son émergence liégeoise dans les années 1980 et son retour aux sources en 2018, après une longue éclipse pour rencontrer le monde. Par son intitulé, qui est aussi son fil rouge, voici le questionnement que cette manifestation espère susciter et révéler : «  Being [Not] There  » (être sans y être).

De plus, cette manifestation donne l’opportunité à trois écoles de se rencontrer : Doc Nomads (une école de documentaires d’auteurs soutenue par l’Union européenne via son programme Erasmus+), le Master en Arts du spectacle du Département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège et l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL.

Chaque année, l’École supérieure des arts de la Ville de Liège – Académie royale des beaux-arts de Liège (ÉSAVL-ARBAL) propose un événement singulier pour sa Rentrée académique 2018-19, en mettant à l’avant-scène une option parmi ses champs de recherche, souvent autour dune conférence et d’une exposition. En octobre 2017, la Scénographie était à l’honneur via une collaboration avec le Théâtre de Liège. Cette année 2018, l’ÉSAVL-ARBAL souhaite opérer un focus sur l’Option de Vidéographie.

La manifestation de la rentrée académique de l’ÉSAVL-ARBAL mettra ainsi en lumière Rob Rombout, réalisateur belgo-néerlandais de documentaires de création (ou d’auteurs) depuis plus d’une vingtaine d’années, qui a fait ses premières armes à Liège (via la télévision communautaire liégeoise Canal Emploi), et dont la notoriété a largement dépassé son pays d’adoption (la Belgique), pour une reconnaissance  internationale.

Les films documentaires de Rob Rombout participent en effet largement à l’histoire de l’âge d’or de la création vidéographique liégeoise dans les années 1980 et début 1990 (la récente exposition D’une certaine gaieté en témoigne encore), âge d’or reconnu à un niveau international, mais qui hélas, n’a pas perduré jusqu’à nos jours – ou du moins, a pris une toute autre forme.

En trente ans, Rob Rombout a réalisé une vingtaine de documentaires de création diffusés en télévision et dans les festivals du monde entier, récoltant au passage de nombreuses récompenses. Par ailleurs, certains de ses documentaires ont par ailleurs travaillé la question des relations entre cinéma, vidéographie et arts plastiques, tant d’un point de vue thématique,  que sur un aspect formel : une des raisons pour lesquelles l’ÉSAVL-ARBAL a souhaité faire (re)découvrir l’œuvre de ce réalisateur.

Lorsque nous parlons de documentaire de création (ou d’auteurs), nous insistons sur le fait que Rob Rombout pratique un documentaire s’éloignant de la majorité de documentaires qualifiés de «  classiques  » ou «  télévisuels  » : il s’agit de films-œuvres, réalisés par des artistes-auteurs selon des approches plastiques et des écritures profondément singulières.

Rob Rombout est cet auteur, arpenteur du monde, artiste-voyageur, plasticien mais aussi pédagogue. Le langage de Rob Rombout est accessible, sa richesse peut toucher des publics très divers, et notamment non-initié.

Ses thématiques ne restent pas coupées de la réalité socio-économique. Bien au contraire, une partie de ses films aborde de grands enjeux sociétaux contemporains (chômage, immigration, mondialisation, quête identitaire…).

L’ÉSAVL-ARBAL a donc décidé de créer autour de ce réalisateur et sa démarche, une manifestation comprenant plusieurs événements organisés, une première belge pour ce réalisateur. Ces événements se dérouleront entre septembre 2018 et décembre 2018. Cette manifestation permettra ainsi un bilan de trente années cinématographiques, entre son émergence liégeoise dans les années 1980 et son retour aux sources en 2018, après une longue éclipse pour rencontrer le monde. Par son intitulé, qui est aussi son fil rouge, voici le questionnement que cette manifestation espère susciter et révéler : «  Being [Not] There  » (être sans y être).

De plus, cette manifestation donne l’opportunité à trois écoles de se rencontrer : Doc Nomads (une école de documentaires d’auteurs soutenue par l’Union européenne via son programme Erasmus+), le Master en Arts du spectacle du Département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège et l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL.

Chaque année, l’École supérieure des arts de la Ville de Liège – Académie royale des beaux-arts de Liège (ÉSAVL-ARBAL) propose un événement singulier pour sa Rentrée académique 2018-2019, en mettant à l’avant-scène une option parmi ses champs de recherche, souvent autour dune conférence et d’une exposition. En octobre 2017, la Scénographie était à l’honneur via une collaboration avec le Théâtre de Liège. Cette année 2018, l’ÉSAVL-ARBAL souhaite opérer un focus sur l’Option de Vidéographie.

La manifestation de la rentrée académique de l’ÉSAVL-ARBAL mettra ainsi en lumière Rob Rombout, réalisateur belgo-néerlandais de documentaires de création (ou d’auteurs) depuis plus d’une vingtaine d’années, qui a fait ses premières armes à Liège (via la télévision communautaire liégeoise Canal Emploi), et dont la notoriété a largement dépassé son pays d’adoption (la Belgique), pour une reconnaissance  internationale.

Les films documentaires de Rob Rombout participent en effet largement à l’histoire de l’âge d’or de la création vidéographique liégeoise dans les années 1980 et début 1990 (la récente exposition D’une certaine gaieté en témoigne encore), âge d’or reconnu à un niveau international, mais qui hélas, n’a pas perduré jusqu’à nos jours – ou du moins, a pris une toute autre forme.

En trente ans, Rob Rombout a réalisé une vingtaine de documentaires de création diffusés en télévision et dans les festivals du monde entier, récoltant au passage de nombreuses récompenses. Par ailleurs, certains de ses documentaires ont par ailleurs travaillé la question des relations entre cinéma, vidéographie et arts plastiques, tant d’un point de vue thématique,  que sur un aspect formel : une des raisons pour lesquelles l’ÉSAVL-ARBAL a souhaité faire (re)découvrir l’œuvre de ce réalisateur.

Lorsque nous parlons de documentaire de création (ou d’auteurs), nous insistons sur le fait que Rob Rombout pratique un documentaire s’éloignant de la majorité de documentaires qualifiés de «  classiques  » ou «  télévisuels  » : il s’agit de films-œuvres, réalisés par des artistes-auteurs selon des approches plastiques et des écritures profondément singulières.

Rob Rombout est cet auteur, arpenteur du monde, artiste-voyageur, plasticien mais aussi pédagogue. Le langage de Rob Rombout est accessible, sa richesse peut toucher des publics très divers, et notamment non-initié.

Ses thématiques ne restent pas coupées de la réalité socio-économique. Bien au contraire, une partie de ses films aborde de grands enjeux sociétaux contemporains (chômage, immigration, mondialisation, quête identitaire…).

L’ÉSAVL-ARBAL a donc décidé de créer autour de ce réalisateur et sa démarche, une manifestation comprenant plusieurs événements organisés, une première belge pour ce réalisateur. Ces événements se dérouleront entre septembre 2018 et décembre 2018. Cette manifestation permettra ainsi un bilan de trente années cinématographiques, entre son émergence liégeoise dans les années 1980 et son retour aux sources en 2018, après une longue éclipse pour rencontrer le monde. Par son intitulé, qui est aussi son fil rouge, voici le questionnement que cette manifestation espère susciter et révéler : «  Being [Not] There  » (être sans y être).

De plus, cette manifestation donne l’opportunité à trois écoles de se rencontrer : Doc Nomads (une école de documentaires d’auteurs soutenue par l’Union européenne via son programme Erasmus+), le Master en Arts du spectacle du Département Médias, Culture et Communication de l’Université de Liège et l’Option de Vidéographie de l’ÉSAVL-ARBAL.