«  Les Passagers
de l’Alsace  »
«  Les Passagers
de l’Alsace  »
«  Les Passagers
de l’Alsace  »

«  Dans sa quête pour répondre à ses questions sur l’identité, Rob Rombout se rend en Alsace. Dans un train, il rencontre des gens «  ordinaires  » et les interroge sur des sujets qui n’ont apparemment aucun lien avec l’identité régionale alsacienne ou les clichés qui caractérisent généralement l’Alsacien.

Fasciné par le voyage, Rob Rombout cherche à nous faire partager ses sentiments d’étranger de passage, qui rencontre une région et ses habitants et fait émerger sa perception de l’identité, des identités alsaciennes à un moment choisi. Il parcourt la région en train et interroge des personnes «  ordinaires  » sur des questions apparemment sans rapport avec l’identité régionale alsacienne et les clichés qui peuvent les caractériser. Dans un compartiment de train, les voyageurs ne se connaissent pas. Leur seul point commun est qu’ils sont tous dans ce train au même moment. Le parcours des personnages se dévoile tout au long de la traversée de la région. Ces rencontres sont un moment privilégié où l’écoute occupe une place centrale, un peu comme chez un psychanalyste. Un moment d’arrêt : l’écoute. C’est également leur regard qui dessine l’image de cette région à travers la vitre du train.
 Leur manière d’observer : le regard. Comme dans un train, tout le monde suit son propre trajet, c’est la vie en mouvement. En suivant ces trois axes, Rob Rombout va au-delà de la captation de l’histoire personnelle. Il noue des fils de plusieurs histoires particulières qui nous racontent une vie en commun dans une région, comme on peut raconter l’instantané d’un moment partagé avec d’autres, des inconnus rencontrés par hasard dans un train. Il peint le paysage de la vie, dans le mouvement du temps qui passe.  » (Showcase Cinema Rob Rombout, Rob Rombout, 35 years ont the move, Griffith University, 2018).

«  Les Passagers de l’Alsace  »

«  Dans sa quête pour répondre à ses questions sur l’identité, Rob Rombout se rend en Alsace. Dans un train, il rencontre des gens «  ordinaires  » et les interroge sur des sujets qui n’ont apparemment aucun lien avec l’identité régionale alsacienne ou les clichés qui caractérisent généralement l’Alsacien.

Fasciné par le voyage, Rob Rombout cherche à nous faire partager ses sentiments d’étranger de passage, qui rencontre une région et ses habitants et fait émerger sa perception de l’identité, des identités alsaciennes à un moment choisi. Il parcourt la région en train et interroge des personnes «  ordinaires  » sur des questions apparemment sans rapport avec l’identité régionale alsacienne et les clichés qui peuvent les caractériser. Dans un compartiment de train, les voyageurs ne se connaissent pas. Leur seul point commun est qu’ils sont tous dans ce train au même moment. Le parcours des personnages se dévoile tout au long de la traversée de la région. Ces rencontres sont un moment privilégié où l’écoute occupe une place centrale, un peu comme chez un psychanalyste. Un moment d’arrêt : l’écoute. C’est également leur regard qui dessine l’image de cette région à travers la vitre du train.
 Leur manière d’observer : le regard. Comme dans un train, tout le monde suit son propre trajet, c’est la vie en mouvement. En suivant ces trois axes, Rob Rombout va au-delà de la captation de l’histoire personnelle. Il noue des fils de plusieurs histoires particulières qui nous racontent une vie en commun dans une région, comme on peut raconter l’instantané d’un moment partagé avec d’autres, des inconnus rencontrés par hasard dans un train. Il peint le paysage de la vie, dans le mouvement du temps qui passe.  » (Showcase Cinema Rob Rombout, Rob Rombout, 35 years ont the move, Griffith University, 2018).

«  Les Passagers de l’Alsace  »

«  Dans sa quête pour répondre à ses questions sur l’identité, Rob Rombout se rend en Alsace. Dans un train, il rencontre des gens «  ordinaires  » et les interroge sur des sujets qui n’ont apparemment aucun lien avec l’identité régionale alsacienne ou les clichés qui caractérisent généralement l’Alsacien.

Fasciné par le voyage, Rob Rombout cherche à nous faire partager ses sentiments d’étranger de passage, qui rencontre une région et ses habitants et fait émerger sa perception de l’identité, des identités alsaciennes à un moment choisi. Il parcourt la région en train et interroge des personnes «  ordinaires  » sur des questions apparemment sans rapport avec l’identité régionale alsacienne et les clichés qui peuvent les caractériser. Dans un compartiment de train, les voyageurs ne se connaissent pas. Leur seul point commun est qu’ils sont tous dans ce train au même moment. Le parcours des personnages se dévoile tout au long de la traversée de la région. Ces rencontres sont un moment privilégié où l’écoute occupe une place centrale, un peu comme chez un psychanalyste. Un moment d’arrêt : l’écoute. C’est également leur regard qui dessine l’image de cette région à travers la vitre du train.
 Leur manière d’observer : le regard. Comme dans un train, tout le monde suit son propre trajet, c’est la vie en mouvement. En suivant ces trois axes, Rob Rombout va au-delà de la captation de l’histoire personnelle. Il noue des fils de plusieurs histoires particulières qui nous racontent une vie en commun dans une région, comme on peut raconter l’instantané d’un moment partagé avec d’autres, des inconnus rencontrés par hasard dans un train. Il peint le paysage de la vie, dans le mouvement du temps qui passe.  » (Showcase Cinema Rob Rombout, Rob Rombout, 35 years ont the move, Griffith University, 2018).