Gilles Lecloux

Présentation de Gilles Lecloux, de son travail,
et de sa participation à l’exposition Demain passe par les yeux…

2e année Master Spécialisé, Option de Vidéographie

 

Quand tu es enfant, tu es curieux de tout. Tu t’intéresses à tout. De ce fait tu apprends beaucoup plus vite, car tu es dans un bouillonnement d’intérêts constants.
Pratiquer une forme d’art est le même cas de figure. Tu dois te questionner, rechercher, interroger. Au final, cela ne sert qu’un but, la croissance culturelle. Donner la possibilité à de jeunes adultes de faire de l’art en école supérieur, c’est leurs donner à réfléchir sur tout ce qui fait le monde et pas seulement les restreindre à une forme de connaissance ciblée. Il m’a personnellement permis d’ouvrir ma perception et mon intérêt pour la réflexion, quelle qu’elle soit.
Les études en général éveillent l’apprenant, mais celles des écoles d’art lui demande de toujours aller au-delà. Même si ce n’est pas dans sa discipline. C’est un peu nous apprendre à rester des enfants et à garder notre envie d’enrichir notre culture et notre pouvoir de réflexion.

Je travaille surtout autour du thème de la nuit.
Aussi bien les installations, que la monobande que la photographie.
J’essaie d’explorer plusieurs champs possibles tout en restant dans une sorte de travail laboratoire où je privilégie l’expérimentation plutôt que la finalité du produit.
Laisser la possibilité au regardant d’alimenter sa propre reflexion de l’image.

atelier de vidéographie  |  ÉSAVL-ARBAL |  éditeur responsable Daniel Sluse